Au Ikea on trouve de tout même un ami – km 2691

Je sais, je sais, ça fait trop longtemps depuis mon dernier article. Je voulais écrire à propos des rencontres que j’ai faites et des gens que j’ai croisés sur ma route. J’ai réfléchi longuement sur la manière de vous les présenter. Devrais-je les séparer en catégorie ? Selon la longueur de la rencontre, le type de rencontre, le groupe d’âge, la nationalité, les sujets d’intérêt ? Ou plutôt parler en premier des gens qui m’ont accueilli chez eux, suivi de ceux que j’ai croisé dans des fêtes, ensuite ceux et celles que j’ai rencontré dans les auberges et camping et finalement ceux qui se sont retrouvés sur ma route, qui m’ont aidé et que je n’ai plus jamais revus ? Un peu compliqué tout ça… Voici ce que j’ai plutôt décidé de faire : vous écrire en détail chaque secondes de chacune des rencontres que j’ai faites. Assoyez-vous confortablement, y’en a pour quelques heures…

En montant dans l’avion – ben non, ben non, c’est une blague je vais résumer même si je ne sais pas comment je vais réussir à mettre en mots les éléments marquants de mes rencontres.

Ça fait maintenant un mois que je suis à Uppsala en Suède et je quitte demain matin pour me rendre en Finlande que je devrais rejoindre dimanche. En un mois, on a le temps de rencontrer du monde… J’ai habité chez Ellen, la copine de François avec qui j’ai étudié à l’université de Sherbrooke, le même qui a roulé avec moi pour quelques jours au Danemark et sur la côte ouest de la Suède et Louise, amie de longue date d’Ellen et comme elle, étudiante en agronomie à SLU (Sveriges lantbruksuniversitet). Le premier soir, dès mon arrivée, Louise m’invite à une fête de début d’année chez Gunilla. Ellen était toujours chez ses parents à Hedemora et devait arriver le lendemain alors que François faisait un peu de vélo en Norvège et devait nous rejoindre une semaine plus tard. Alors, chez Gunilla, j’ai rencontré son copain Markus et les autres : Fredrik, quelques Hanna, quelques Maria et d’autres dont je ne souviens malheureusement du nom. On parle, on boit quelques bières et on mange du pop corn. Tout va bien jusqu’à ce que Markus me pose une question : c’est quoi les chansons que vous chantez au Canada pour trinquer ? (J’ai traduit librement du suédois pour éviter les confusions – Kanada prends en K en suédois). Quoi ? une chanson, on n’en a pas vraiment… Un peu de déception chez les Suédois qui veulent « tout » connaître du « Kanada ». Vous pouvez m’en montrer une en suédois ! Fiew, la soirée est sauvée, il ne reste qu’à en choisir une facile parmi le répertoire plutôt bien garni des chansons suédoises pour trinquer. J’ai même droit aux paroles sur une feuille de papier. Alors cinq ou six couplets plus tard SKOL ! et on trinque. On la répète au moins trois fois de plus pour que je l’apprenne bien et SKOL ! Et quelques chansons de plus pour bien se préparer à la vraie fête qui a lieu à la salle de l’association des étudiants de la faculté de médecine vétérinaire. Je devrais plutôt dire des étudiantes, il y avait probablement 80% de filles dans la salle – ah, la Suède…

Kräftskiva à la maison - Uppsala

Des fêtes qui ont menées à des rencontres, il y en a eu d’autres. La première, kräftskiva – party de cancer (sérieusement, c’est la première traduction que l’on m’a donnée). Wow un party de cancer, tout le monde fume, on mange des gras saturés et au lieu des chandelles, on met des petits pots de matière radioactive sur les tables pour la lumière d’ambiance. On dit que les Suédois parlent très bien anglais, c’est vrai, mais ils en échappent des fois. La bonne traduction, c’est : party d’écrevisses. C’est un peu comme un party de homards sauf qu’il y a pas mal moins de viande dans la petite bête. Ah oui, on chante des chansons pour trinquer – spécialement conçues pour les kräftskiva et SKOL ! Le party a lieu à la maison (comme je suis ici pour un mois et que je paye une partie du loyer, je me permets de la considérer comme ma maison) et comme Louise travaille dans une poissonnerie, on a un bon prix pour les écrevisses. On est une quinzaine dont deux Maria et peut-être trois Hanna. Pour l’occasion, il y a même des amis de Belgique qui sont venus passer la fin de semaine avec nous – Lien (c’est comme Lyne, mais en flamand) et son copain Jente.

La seconde, party de Surströmming – tradition du nord de la Suède. Les Suédois aiment célébrer la bouffe et chanter. Le party a lieu dehors car le Surströmming est du harang fermenté qui sent un peu comme des déchets qui sont en train de pourrir. Interdit dans les appartements et dont l’odeur colle à tout. On le mange – oui oui oui – sur du pain croustillant sur lequel on met des pommes de terre, de l’oignon, de l’échalote, de la crème sûre et des tomates. Ça goûte salé et un peu fumé. On en met très peu donc ça ne goûte pas autant que ça sent. Pour accompagner le tout : de la bière quelques chansons et SKOL !

Il faut que je vous présente la famille d’Ellen – Pirko, Claes et Lina. Les parents habitent à Hedemora, une petite ville au nord ouest d’Uppasla et Lina habite à Stockholm depuis un mois (c’est important, vous comprendrez plus tard). Pirko et Claes sont passés à la maison quelques fois pour voir leur fille et leur gendre (pas marié le François, mais tout comme). Et bien, je suis allé passer quelques jours à Hedemora. François m’avait convaincu de l’accompagner. Il avait offert de couper du bois et ce serait l’occasion de faire un peu de scie à chaîne. On a été accueilli avec un bon petit lunch. On aurait besoin d’un peu d’énergie pour allonger l’entrée de garage ce qui permettrait d »enfin » pouvoir y mettre la remorque. Les plans avaient un peu changé. On a sorti les pelles et on s’est mis à creuser. Il fallait enlever environ 30 com de terre – ou plutôt de gazon et de glaise, enlever une souche, transplanter deux buissons, en enlever deux autres, installer une bordure et mettre du gravier pour finir le tout. Deux jours de travail, huit voyages de terre vers l’écocentre dont trois où on a rapporté de la petite roche et des poutres de bois et deux voyages de gravier plus tard le travail était fait (il fallait tout charger et décharger de la remorque nous-même, à la pelle). On aurait dit du travail de professionnel. La récompense, une petite partie de pêche à la mouche sur le lac privé du club de pêche de Claes. Après un peu de pratique, la mouche volait presque comme une vraie. François a pris une belle truite d’au moins 1 kilo. Rien pour moi sauf une super belle matinée avec François et Claes sur le lac. Ah oui, autre récompense de nos heures de dur labeur : la cuisine de Pirko. Quoi de mieux que la cuisine d’une mère ? (Surtout le gâteau au chocolat pour la collation – mmmm mmmmm mmmmmm).

Mouette suédoise - île de Färo, Suède

Après Hedemora, François et moi allions chercher Ellen chez Lina à Stockholm (nous avions la Volvo) pour se rendre sur l’île de Gotland. Lina habitait à Visby (Gotland) il y a quelques semaines et avait du quitter pour Stockholm d’urgence et n’avait pu déménager ses meubles (et tout le reste). Hier j’étais spécialiste en entrée de garage, aujourd’hui je suis déménageur. « Ça va être le fun, Gotland, c’est pas comme le reste de la Suède, c’est comme une île de la mer méditerranée » qu’ils ont dit. Eh bien, c’est pas aussi chaud, mais c’est assez beau. Il y a l’île principale – Gotland avec la ville médiévale de Visby et l’île de Färo qui est un peu comme les îles de la Madeleine, mais en Suédois. Beaucoup de vent, pas beaucoup d’arbres et des falaises fantastiques. Deux grosses demies journées de travail pour démonter les meubles (merci Ikea), faire les boîtes et tout placer dans la remorque et la voiture. Le plus gros jeu de Tetris que j’ai vu. J’ai l’impression que je fais maintenant partie de la famille Nilsson.

Je pourrais continuer encore longtemps et vous présenter un tas d’autres gens. Je vais me contenter de les remercier pour les bons moments. Merci Dag, Daniel et Anna, Don et Lindsay, Ulrika, Helene, Maria, Maria et Maria, Hanna, Hanna et Anna, Anton, Astrid, Markus, Gunilla, Fredrik, Adrian, Anders, Linnea, Lien et Jente, Estelle, et tous ceux dont j’ai oublié le nom, tous les employés des bureaux d’information touristique qui m’ont aidé – particulièrement ceux et celles de Nyköping, Örebro, Sigtuna et Degerfors, Aleksandra, Asia et Gadiel qui m’ont fait danser à Karlstad, Lina, Pirko et Claes, et surtout un super gros merci à Louise et Ellen (avec François) de m’avoir accueilli dans leur maison pour un mois, m’avoir fait participer à leur « automne de poisson » (miam miam miam), m’avoir assuré sur le mur d’escalade, d’avoir été d’aussi bons perdants aux cartes, au yatzee et à ticket to ride, de m’avoir fait devenir un peu plus Suédois, merci pour les déjeuners, les dîners et les soupers ensemble, les bières, le vin et le snaps, le pain dur, le pain craquant, le pain finlandais et le pain au lait de caribou, pour la cueillette de champignon, de pommes et de baies sauvages (toutes les sortes) et pour tout le reste… surtout merci d’être mes amiEs !

Ce soir j’ai le coeur plein de beaux souvenirs et les yeux plein d’eau. J’espère que nos chemins vont se recroiser bientôt.

Tack så mycket – Hej då !

Avec Ellen - Crux Uppsala

Publicités

4 réflexions au sujet de « Au Ikea on trouve de tout même un ami – km 2691 »

  1. Merci Erick de nous faire voyager avec toi. tu racontes et on décolle vers ces pays lointain et un peu irréels pour nous. Prend soin de toi et continue d’alimenter notre imaginaire. xxxx

  2. Hey Wenzie! Bon bon bon, plusieurs heures, faut pas exagérer 🙂 un bon dix minutes 🙂

    Effectivement, ça commençait à paniquer, plusieurs personnes me demandaient depuis 2 semaines si j’avais eu des nouvelles… ton récit tombe à point!

    C’est bien toi ça, te casser la tête pour catégoriser tes rencontres… ha! la manière que tu as choisie est bien correcte 🙂

    Est-ce que les Suédois(es) sont aussi grands qu’on le pense? ils parlent de quoi? ils sont un peu de gauche? et parmi les 28 Hannas que tu as croisées, il n,y en avait pas une seule qui était cute ET célibataire ET intriguée par un Kanadien??

  3. Tu m’as fait tellement rire avec ton party de cancer! Continue de t’amuser et de t’ouvrir le cœur sur ton blog c’est beau à lire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s